Autosupport des usagers de drogues

Historique

ASUD revendique l’usage des drogues comme l’exercice d’un droit humain. Nous pensons que dans une démocratie les personnes adultes et libre de toute influence ou emprise ont le droit à consommer des drogues sans être traitées en criminel. ASUD est un acteur historique de la politique de réduction des risques qui a d’introduit en France une approche sanitaire de l’usage en dehors de tout jugement moral. ASUD appelle à la dépénalisation de l’usage de toutes les drogues et à un débat sur les différents moyens économiques , sociaux ,politiques et culturels de quitter la logique de prohibition.

1992

Création d’ASUD Journal

ASUD ( Auto Support  et prévention du VIH parmi les Usagers de Drogues) est la première association fondée par des consommateurs-trices des drogues illicites en France . Cette initiative est rendue possible par le contexte dramatique de l’épidémie de sida qui se répand parmi  les personnes qui injectent des drogues – surtout  de  l’héroïne- dans les années 1980- 90.  Notre but : donner la parole à  ceux que l’on nomment alors « les toxicomanes ». Dans cette perspective l’  Agence Française de Lutte contre le Sida ( AFLS)  soutient financièrement la création du Journal d’ ASUD, rebaptisé ensuite ASUD JOURNAL 

L’idée d’un journal  fait par les drogués pour les drogués s’inscrit  dans ce que l’on appelle la politique de réduction des risques ( harm réduction policy ). Une nouvelle approche qui se propose de donner des informations sanitaires  plutôt que réprimer l’usage ds drogues .

1993

ASUD dépose des  statuts  et devient ainsi officiellement une association. Elle dispose  d’un local situé à Paris  ( 20e)

1998

ASUD participe en tant que membre fondateur  à la création de LIMITER LA CASSE , premier réseau de réduction des risques  en France historiquement à l’origine du changement de politiques des drogues.

1994

Création des ASUD locaux

A la lecture du journal  de nombreux usagers.eres de drogues éprouvent le besoin de créer à leur tour des associations de “tox” en région  dénommées ASUD.  Les initiatives  se multiplient.

Entre 1994 et 1998 : 
Création d’ ASUD Mars Say Yeah  ( à Marseille) ,  d’ ASUD Nimes , ASUD Montpellier, ASUD Lyon, ASUD Nantes, ASUD Strasbourg, ASUD Lorraine
Asud Orléans , Asud Bédarieux, ASUD Brest , Asud Mulhouse
Asud Clermont ,Asud Toulouse
ASUD Lille

Le nom ASUD  est déposé à l’INPI ( dépôt officiel des marques ) . Le nom est octroyé par convention  aux ASUD de régions

1997

« IM a Drug User »

ASUD organise  « IM a Drug User »  la première réunion internationale de groupes d’ usagers de drogues . Évènement organisé au sein de la VIIIe conférence internationale de réduction des risques de Paris 

1997

CAL 70

ASUD co-fondateur du Collectif Pour l’Abrogation de la loi de 70 (CAL 70) qui réunit les associations et partis politiques qui veulent réformer la loi qui pénalise les drogues en France.  Sous le slogan « légalisez le débat »  une manifestation est organisée sur les berges de la Seine .

 

1998

AFR

ASUD est cofondateur de l’ Association Française de Réduction des risques (AFR) qui succède à LIMITER LA CASSE

1998

ASUD devient membre de la commission nationale des traitements de substitution

2004

Fondation des EGUS – Etats Généraux des Usagers de la Substitution

ASUD participe à la conférence de consensus organisée par l’ANAES sur les  stratégies thérapeutiques pour les personnes dépendantes des opiacés et la
place des traitements de substitution.

Lors de cet évènement ASUD fonde les Etats Généraux des Usagers de la SubstitutionEGUS – un rendez vous annuel qui se répète jusqu’en 2023

2007

ASUD intègre la commission nationale addiction

ASUD  devient officiellement une association de patients
« agréée au niveau national pour représenter les usagers dans les instances hospitalières ou de santé publique… » JO n° 285 du 8 décembre 2007

2012

Commission nationale des stupéfiants

ASUD est représentée à la commission nationale des stupéfiants de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) 

2012

Fondation de l’Observatoire du Droit des Usagers  ( ODU)

Plate-forme  en ligne pour recueillir les plaintes des  patients pris en charge par le système de soins pour des questions relatives à l’usage des drogues . Asud  effectue plusieurs enquêtes et/ou « testing » sur la non délivrance de Traitements de Substitution aux Opiacés en pharmacie ( TSO) .  Plusieurs plaintes sont déposées auprès de l’Ordre national des pharmaciens .

2013

Jusqu’à 2016, plusieurs  députés UMP  déposent des questions écrites à l’ assemblée nationale qui mettent en cause le financement public d’ ASUD. Cette campagne est relayées par l’hebdomadaire « Valeurs Actuelles » 

Réponse du ministère parue au JO le 16/07/2013

« …L’association auto-support des usagers de drogue (ASUD) joue un rôle notable dans le dispositif de réduction des risques en direction des usagers de drogues, et, plus largement, quant à l’amélioration des conditions sanitaires et sociales de cette population, en menant une action de santé communautaire auprès d’usagers, actifs ou anciens, dans le cadre d’une démarche de prévention par les pairs. Par ailleurs, cette association participe à la démocratie sanitaire, en représentant les usagers dans différentes instances, ainsi que dans des projets de recherche. ASUD joue également un rôle de relais de premier plan dans la diffusion des alertes sanitaires auprès des usagers de drogues… »

2015

Cofondation du séminaire  La prohibition des drogues approches transversales organisé à l’ EHESS. 

Une séance mensuelle le deuxième jeudi du mois.

weed | Vin Mariani | VIH | VHC | Very Bad Trip | usagers | TSO | Triangle d’Or | travailleurs pairs | Toxicophobie | Teuf | Testing | Taz | Suisse | subutex | substitution | suboxone | Sport | speed | Sniffer propre | Slam | Sida | shoot propre | Sexe | sevrage | Sénat | Sécurité | SCMR | santé communautaire | Santé | Salvia Divinorum | Salle de Consommation | Russie | Rottercam | Reims | régulation | Réduction des risques | RDR | RC | Ravalec | Rapport | questions politiques | projet de loi | prohibition | Prisons | prison | Prévention | pratiques professionnelles | pouvoir d’agir | Politique | police | pavot | Pasqua | Overdose | origines ethniques | opiacés | Olivenstein | ODU | Neurosciences | MOOC | Methapack | méthadone | médicosocial | médicaments | Medias | Mastication | marseille | marijuana | Lutte anti-drogue | LSD | Loi 70 | loi | lettre ouverte | Légalisation | labos pharmaceutiques | Khat | Ketamine | Kate Barry | journée ONU | Images | Iboga | Hors série | hôpital | Hollande | Hofmann | histoire | héroïne | Heroïne | Hepatites | HAS | Guerre | Grossesse | GAV | Femmes | europe | Érythroxylacées | élections présidentielles 2012 | élections présidentielles 1995 | elections | EGUS | éducation | Economie | Droits de l’Homme | droits | droit | Drogues de synthese | Drogues | Drogue | Dopage | Descentes | Depenalisation | Décroche | Dab | Culture | Crackers | crack | Controles urinaires | consommation | conduite | Coke | Coca | CJC | citoyenneté | CIRC | chemsex | chanvre | cannabis thérapeutique | cannabis | Cal70 | buprénorphine | Boulot | bloodi | Best of | Baclofène | Autosupport | Auteurs | ASUD | Appel 18 joint | Apaire | Alcool | Afrique | addictologie | addictions | Acullico | Actualités | Absynthe | Abstinence | 50 produits | 10 mesures |